1995 – Madame violon raconte

Responsable de la diffusion au Moulin à Musique depuis 2015.
Publié le 2 novembre 2015 par

D’où viennent les violons ? Qui les fabrique ? Comment en joue-t-on ? Madame Violon et son fidèle accompagnateur, Herr Allan von Sutton, vous en font voir de toutes les couleurs, avec humour et fantaisie, lors de cette conférence théâtrale et musicale. Vive, alerte et intarissable, Madame Violon dévoile les sonorités des violons d’ailleurs : le violon chinois (erhu), africain (soukou) et indien (sarangi).Un Violon n&b

 

« C’est au moyen d’un humour sympathique, d’une verve incroyable, de diapositives et d’un violon…style Ikea (en pièces détachées, quoi!) que, la conférencière montre d’abord aux jeunes les différentes parties du roi des instruments de musique. Mais ici, les explications qui accompagnent la reconstruction (le montage!) de la « chose » sont claires comme de l’eau de roche. Rien de chinois (ni de suédois) là-dedans. »

Sonia Sarfati, La Presse, 27 janvier 1995

 

« Entre l’ode et la gavotte, l’Impertinente conférencière mène la troupe espiègle du jeune public. Quelques accessoires, quelques diapositives, quelques mots drôles et tendres, et voilà qu’elle capte l’attention et entraîne intelligemment les plus récalcitrants vers le domaine de son savoir. Jamais l’ombre d’un racolage, tout est dans la finesse. Le rythme est endiablé, les points abordés variés. On dirait qu’elle s’amuse à nous poser des colles, sans insister, sans répéter; elle avance légèrement dans son sujet en touchant à tout, pour nous donner faim d’apprendre, de savoir, de jouer peut-être. Tout a l’air facile! »

extrait du Cahier de théâtre JEU #74, Mars 1995, Guylaine Massoutre

 

«La représentation avait des qualités pédagogiques, historiques et ludiques exceptionnelles. Les musiciens avaient également des talents hors pair de comédiens. Finalement, la performance offerte a rejoint efficacement tous les élèves de l’école, de la maternelle à la cinquième secondaire, une réalisation hors du commun ! Bravo.»

Jean Picard, école GabrielDionne, TêteàlaBaleine

 

Avec la version en duo de Un violon sur l’Épaule (créé en 1995), le MOULIN À MUSIQUE a reçu du Conseil Québécois de la Musique le Prix OPUS 96-97 de la meilleure production musicale « jeune public » de l’année.

En 1998, cette production a été sélectionnée par le CACUM, (aujourd’hui le Conseil des Arts de Montréal) pour son programme Jouer dans l’île. Puis Les Jeunesses Musicales de Liège, en Belgique, l‘ont reçu en tournée en mai 1998!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Le Moulin à Musique décline toute responsabilité juridique en cas de commentaire à caractère injurieux, homophobe, xénophobe, raciste, anti religion et toutes autres formes d « anti- » et « -phobe ».

Le Moulin à Musique décline toute responsabilité en cas de commentaire appelant à la haine.

Le Moulin à Musique s’engage à ce que ces commentaires, s’il y a lieu, soient référés aux autorités compétentes.