D’où viennent ces Créatures?

Cofondatrice du MOULIN À MUSIQUE et directrice artistique depuis 1980, Marie-Hélène da Silva est violoniste, comédienne et pédagogue. Depuis ses débuts, son travail est entièrement consacré au jeune public. Avec LE MOULIN À MUSIQUE, elle a effectué de nombreuses tournées au Québec, au Canada, en France et en Belgique.
Publié le 17 avril 2015 par

Créatures, c’est une histoire qui a pris son temps pour émerger et aujourd’hui, elle se raconte en musique et en théâtre.

En 1995, j’ai travaillé avec mon violon, ma voix, des sons de bouche, de gorge et les percussions de mon corps. Des paysages sonores, des atmosphères diverses et des êtres se sont manifestés à cette foire musicale.

IMG_6841J’improvisais et j’enregistrais le tout sur un multi piste. J’appliquais parfois une nouvelle couche en improvisant à nouveau sur ce qui était déjà enregistré pour donner une plus grande densité ou ajuster les teintes sonores. Parfois, ma voix seule suffisait pour tout dire.

Je reproduisais des sons extérieurs comme ceux que font les objets, essuie-glace d’auto, sonnerie de téléphone, la radio, mon environnement quoi. Chemin faisant, des émotions cachées à l’intérieur surgissaient dans cette projection musicale. Je leur donnais un timbre, une sonorité, un rythme, une pulsion. Tout ce que j’avais et qui était moi, ma voix, mon violon et mon corps se sont mis au service de ces émotions, un champ nouveau à explorer.

De ces enregistrements est né, en 1998, un spectacle nommé Il était deux fois et dont les auteurs Jean Régnier et Pascale Rafie et les compositeurs, Vincent Dionne, Jean-Luc Éthier et Marc Tremblay se sont inspirés. Cette création a été reçue à La Maison-Théâtre buissonnière, en novembre 1998, une première pour LE MOULIN À MUSIQUE.

Des années plus tard, l’envie de retourner à cette source sonore très personnelle est revenue plus fortement. Je voulais cette fois explorer et m’investir en tant qu’artiste et conceptrice dans un spectacle où il n’y aurait aucune parole pour mieux faire ressentir au jeune public ces voix intérieures, mettre en scène cette musique et ces personnages étranges qui m’habitent. J’osais exposer mes racines en plein jour tel un enfant qui s’exprime librement hors du regard de ses parents. Pour ce faire, je voulais travailler avec un complice de longue date au MOULIN À MUSIQUE, mon frère Joël da Silva. À travers le temps, notre travail s’est enrichi d’expériences diverses de la scène.

Une première expérience en collaboration avec les Jeunesses musicales du Canada a ouvert la voie à ce processus de création et Tête de Violon ! est né. Dans l’attente du retour des oiseaux, ce personnage lunaire joue et s’invente tout un monde avec son violon.

IMG_6905Trois ans plus tard et toujours avec Joël, on a repris le travail afin d’approfondir certaines pistes de ce spectacle et parfaire sa structure dramatique. Les «créatures» de cette musique improvisée jadis se sont métamorphosées sur scène en plusieurs personnages distincts. En tant qu’œil extérieur, Joël a su percevoir des merveilles dans l’infiniment petit des choses que je pouvais proposer musicalement ou physiquement. Il les a ouvertes au monde et à moi-même. Ainsi s’est développé un langage poétique qui permet aux choses de respirer et où finesse et plaisir de jouer sont bien présents. Solène Derbal est venue célébrer avec nous la finale de ce processus de création en y mettant sa touche musicienne au clavier.

Le fil rouge du spectacle Créatures est apparu ainsi en forme de petits tableaux où chaque créature porte son monde comme son propre chapeau. Ces petits tableaux et ces accessoires «parlant» visuellement proposent une convention claire et permettent aux différents personnages de se déployer librement à travers la musique qui les a mis au monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Le Moulin à Musique décline toute responsabilité juridique en cas de commentaire à caractère injurieux, homophobe, xénophobe, raciste, anti religion et toutes autres formes d « anti- » et « -phobe ».

Le Moulin à Musique décline toute responsabilité en cas de commentaire appelant à la haine.

Le Moulin à Musique s’engage à ce que ces commentaires, s’il y a lieu, soient référés aux autorités compétentes.